Du mille feuille au parfait au chocolat

ou la révolution de la TMO

Depuis quelques années, la Thérapie Manuelle Orthopédique est en train de se modifier en profondeur; on pourrait même dire qu’elle vit une petite révolution. Les physiothérapeutes, après avoir passé des années à se former aux différentes techniques manuelles – HVLA, triggers-points, et autres courants qui enseignent des mobilisations spécifiques (par exemple les techniques enseignées en Maitland ou Kaltenborn) – se forment de plus en plus à l’éducation thérapeutique (approche des thérapies fonctionnelles cognitives), aux sciences de la douleur ou à la prescription d’exercices (cœur de l’approche MDT ou chez Mulligan par exemple).

Les pratiques évoluent. Encore récemment, ce qui prévalait était l’accumulation de techniques, un peu façon millefeuille, pouvant avoir un effet positif pour le patient mais où on ignorait quelle était la technique la plus bénéfique.

Aujourd’hui, la pratique va de plus en plus vers l’identification et l’application de la meilleure technique susceptible d’améliorer la condition du patient. Pour cela, on a besoin en premier lieu de bien noter les symptômes et déficiences  puis d’appliquer les meilleures techniques, éprouvées par la science,  applicables et connues du thérapeute, à ce patient à ce moment donné et d’en repérer les effets (plus facile si on note ce que l’on fait dans les notes de suivi dans Kobus bien sûr ! ). Plus comme l’élaboration minutieuse d’un parfait au chocolat !

Je veux en savoir plus sur la TMO

Avec ou sans les mains ?

L’évolution du choix des techniques

Un moment essentiel de la prise en charge musculo-squelettique moderne est l’entretien : prendre le temps de recevoir et d’écouter le patient est fondamental. Le patient nous donne parfois l’ensemble des éléments nous permettant de l’aider, comme le moment de la douleur, les facteurs aggravants, améliorants, les limites fonctionnelles nous permettant d’identifier une source potentielle de son problème (section histoire de la maladie dans Kobus  ).

Ensuite, les techniques manuelles choisies et appliquées serviront parfois à remporter l’adhésion du patient, de lui permettre de passer un cap et parfois de bonifier un effet placebo.

Il s’agit donc d’appliquer la bonne technique issue de son raisonnement clinique pour ce patient à ce moment, pour être pile dans la cible ; c’est la base de ce que l’on appelle la Thérapie Manuelle Orthopédique !

Il faut savoir jongler entre les différentes techniques car on peut profiter du hands on pour faire du hands off ! Les deux approches ne doivent pas être opposées puisque grandement complémentaires et intriquées (comme on peut le comprendre ici).

Il s’agit d’aider un patient à s’améliorer, qu’il comprenne et agisse en fonction de ses possibilités pour qu’il améliore sa condition (un modèle théorique du changement comportemental ici).

Alors est-ce qu’un champ de la kinésithérapie entre en révolution ou est-ce une simple évolution ? 
Quoi qu’il en soit, une spécialité se doit d’être définie et reconnue. Le terme de thérapeute musculo-squelettique, qui comprend tous ces aspects de diagnostic, d’éducation, de travail manuel, de prescription d’exercices et de promotion de l’activité physique, pourrait mieux correspondre à ce champ de compétences de la kinésithérapie qu’un intitulé ne reprenant que l’un ou l’autre des aspects comme peuvent l’être les termes de masseur dans le masseur-kinésithérapeute ou de manuel dans le terme de thérapeute manuel. Alors on change de nom ?  😉

Je creuse les mécanismes de thérapie manuelle

Et chez Kobus, on est révolutionnaires ou pas ?

Oui et non !
Oui car Kobus a été conçu avec des kinés justement pour accompagner cette démarche d’analyse et d’identification de la technique la plus efficace sur les patients, que cela soit dans le bilan initial ou dans le suivi.

Oui car on prépare une V2 (disponible d’ici fin septembre) de l’application qui vous permettra d’aller encore plus loin dans votre pratique.

Et non, car on est convaincus que les changements doivent se faire avec agilité (comme un bond  de kobus en somme ) et que l’on n’impose pas les nouveautés, elles viennent de notre communauté et sont ajoutées quand elles sont utiles ou nécessaires.

Je veux en savoir plus sur le projet kobus

Cet article vous a plu ? 

Inscrivez-vous à la gazette kobusienne pour recevoir (gratuitement) tous les 1ers lundi du moi, une newsletter 100% kiné, 100% EBP, 100% innovation et lire d’autres articles comme celui-ci !