Face au confinement : le télésoin en kinésithérapie, la solution ?

Cabinets fermés, confinés, patients isolés 🙁

Aujourd’hui la contagiosité du virus COVID-19 mis en rapport avec les capacités actuelles de notre système de santé a contraint la plupart d’entre nous à faire le choix responsable de fermer leurs cabinets, et c’est tout à notre honneur. Notre profession a montré l’exemple, diffusé et expliqué a tous nos patients l’intérêt de limiter les contacts afin de limiter le nombre de cas graves en un temps court.

Flatten the curve !

Cela entraîne une perte de contact physique entre nous, kinésithérapeutes, et nos patients. Qu’ils aient un traitement en cours, ou une prescription de rééducation à débuter…

Aujourd’hui, nous maintenons le contact avec nos patients de manière bénévole et en dehors de tout cadre légal, étant donné que celui-ci fait pour l’instant défaut. Le ministre de la santé Oliver Veran a déclaré le 6 avril que des mesures seraient prises pour les kinés très prochainement. Certains kinés se sont déjà mis à faire du télésoin, afin de ne pas rompre la continuité des soins, en attendant la réaction des pouvoirs publics très sollicités, ce qui est compréhensible.

Notre profession se doit de saisir cette opportunité qui s’offre à elle, à nous de montrer que nous ne sommes pas uniquement des masseurs, des thérapeutes manuels ou des marcho-thérapeutes. Ces actes nous les faisons chaque jour et ils sont le cœur de notre métier. Mais une part méconnue existe aussi, et cette part est pour beaucoup dans ce qui fait le résultat de nos prises en charges, ce qui nous permet d’être une des professions les plus aimées des patients : l’écoute, la réassurance, les conseils précis et personnalisés ou encore la compréhension de ce que vivent nos patients. C’est cette part que le télésoin permet toujours, et c’est cette part qui est importante de conserver aujourd’hui, l’opportunité est là.

Démontrons l’étendue de notre savoir faire ! Reste à le faire savoir !

Cet article a également pour but de vous donner des premières astuces afin de vous organiser au mieux pour réaliser le suivi et la prise en charge à distance des patients vous sollicitant.

De quoi parle-t-on ?

Lorsque l’on échange avec un patient à distance, on parle fréquemment de téléconsultation. Il faut sans doute préférer pour les kinésithérapeutes le terme de télésoin, dont la définition par le législateur est celle-ci :

“Le télésoin est une forme de pratique de soins à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication. Il met en rapport un patient avec un ou plusieurs pharmaciens ou auxiliaires médicaux dans l’exercice de leurs compétences prévues au présent code.” (Article L6316-2 du code de santé publique Merci à Guillaume Rall pour son post facebook dont ce lien est tiré ça m’a évité de chercher ^^). Télésoin que les décrets dissocient de la téléconsultation, qui est réservée aux médecins.

Le problème est qu’en plus du décret définissant notre pratique du télésoin, il va falloir définir correctement les outils autorisés pour le pratiquer !

Un décret paru au JO le 10 mars 2020 ouvre la possibilité de la télémédecine pour les médecins conventionnés dans le cadre d’une consultation d’un patient exposé au COVID-19. Et celui-ci définit les moyens autorisés pour réaliser des actes de télémédecine (qui je le rappelle est différente du télésoin) de cette manière :

“Elles peuvent être réalisées en utilisant n’importe lequel des moyens technologiques actuellement disponibles pour réaliser une vidéotransmission (lieu dédié équipé mais aussi site ou application sécurisé via un ordinateur, une tablette ou un smartphone, équipé d’une webcam et relié à internet).” Il peut donc s’agir d’un logiciel spécialisé ou tout simplement d’une application grand public. Il y a de bonnes raisons d’espérer que les mêmes dispositions seront prises pour le télésoin.

L’avenir nous dira rapidement si cela pourra correspondre à nos pratiques du télésoin et si ce sera pérenne dans le temps.

Mise à jour du 20 Avril 2020 : 

Depuis le 18 avril 2020 (publication au JO), les actes de masso-kinésithérapie mentionnés en annexe du présent article peuvent être réalisés à distance par télésoin, à l’exclusion des bilans initiaux et des renouvellements de bilan.

La pertinence du recours au télésoin est déterminée par le masseur-kinésithérapeute. Ces actes de télésoin sont réalisés par vidéotransmission. Ils sont conditionnés à la réalisation préalable, en présence du patient, d’un premier soin par le masseur-kinésithérapeute.

Ainsi le simple usage d’un appel téléphonique ne rentre pas dans les possibilités de télésoin pour les kinésithérapeutes.

Le télésoin comme une opportunité d’évolution !

C’est une opportunité de changer ses habitudes, de prendre confiance sur les parties de la réussite de nos traitements qui sont mal identifiées et sur lesquelles la profession n’est que trop peu connue : l’écoute, l’autonomisation et les conseils.

Le trio nécessaire est un moyen de communication (téléphone, internet, mail), un thérapeute (vous !) et un patient.

Concentrez-vous sur l’écoute, assurez-vous de la bonne compréhension l’un de l’autre. Vous n’aurez pas la possibilité de palper, mobiliser ou tester vos patients et ce n’est pas grave ! L’écoute que vous mettrez en place, son cadre adapté et votre professionnalisme vous permettront de bien veiller aux attentes de vos patients et de mieux comprendre les objectifs qu’ils veulent atteindre. Assurez-vous de bien noter a minima ces deux éléments attentes et objectifs qui sont le cœur de la consultation que cela soit au cabinet ou à distance : dans les deux cas, il faut pouvoir les retrouver rapidement de manière fiable.

Définitions

Attentes : ce que le patient attend de vous, du corps médical comme solutions et actions.

Objectifs : ce qu’il souhaite pouvoir réaliser et dans quels délais.

Chaque professionnel fait appel à son expérience et ses préférences afin de déterminer la méthode la plus adaptée dans le cadre du télésoin.

  • Définissez le plus tôt possible le cadre de ce télésoin, dès le premier contact et notamment le moyen de communication choisi (Les médecins & infirmières ont la possibilité d’utiliser Skype, whatsapp ou d’autres applications grand public dans le cadre de la crise, à voir si cela s’appliquera aussi à nous les kinés !)
  • Fixez un rendez-vous et sa durée
  • Vérifiez au préalable que vous avez une bonne connexion au réseau, notamment si vous utilisez la vidéo, et que votre caméra et micro fonctionnent correctement
  • Créez un dossier avec le nom et le prénom de l’interlocuteur, afin de pouvoir y centraliser tous les éléments du télésoin (par exemple dans l’application ordinateur Kobus)
  • Présentez-vous, rappelez la durée maximale de l’échange
  • Faites-le dans un endroit calme, avec une posture et une tenue professionnelle (évitez d’être allongé sur votre canapé)
  • Veillez à identifier rapidement si la personne a besoin d’un avis médical (ce point est essentiel !)
  • Veillez à bien comprendre les détails de l’histoire de la maladie
  • Veillez à répondre aux différentes questions que pourra se poser votre interlocuteur sur les délais de progression et les possibilités d’auto-traitement
  • Notez les éléments de l’échange avec votre interlocuteur et conservez la trace écrite
  • Envoyez un récapitulatif des échanges à votre interlocuteur
  • Si vous conseillez des exercices, assurez-vous de la bonne compréhension des consignes.
  • Jetez un œil rapidement à vos notes de la séance précédente lors d’un nouvel échange, et tenez bien à jour votre dossier en réalisant une petite note pour chaque télésoin, ou un bilan intermédiaire si nécessaire.

Enfin, en envoyant à votre patient un court récapitulatif écrit dans un format pdf (qui à l’avantage d’être consultable, imprimable et stockable par tous très simplement), vous vous assurez de la bonne conservation de vos consignes et de leur accessibilité. L’écrit des échanges, des consignes globales et des exercices mis en page avec une ou deux photos permet à votre patient de les reprendre simplement, à n’importe quel moment : pas besoin de bonne connexion ou de matériel très sophistiqué !

Les échanges en télésoin demandant plus de concentration que les consultations habituelles, prévoyez-vous les moments de travail et de pause en tenant un agenda. Essayez de trouver votre équilibre entre les phases de télésoin et vos moments personnels, ne vous laissez pas happer par les notifications et demandes de consultations !

Conclusion

Aujourd’hui où nous attendons la parution imminente du décret d’autorisation du télésoin pour les masseurs-kinésithérapeutes, l’enjeu est énorme !

Les outils existants sont nombreux, et nous sommes convaincus que Kobus est un logiciel performant pour accompagner les kinésithérapeutes dans leur pratique quotidienne. C’est pour cela que nous souhaitons être à vos côtés afin d’encourager la profession à saisir cette opportunité ! Vous pourrez ainsi facilement tenir vos dossiers à jour, garder une trace écrite de vos consultations en télésoin, et envoyer en un clic des récapitulatifs de séance ou des feuilles d’exercices à vos patients pour l’aider à faire sa rééducation à domicile. Kobus est le support de tous les kinés voulant réussir ce défi du télésoin ! Car passés les premiers moments d’appréhension comme devant toute nouveauté, vos patients seront très reconnaissants et vous remercieront !

P-S : Pour participer à l’effort financier que vous avez dû réaliser en fermant votre cabinet ce mois-ci, nous avons choisi de diminuer le coût de Kobus à 3€ pour tous nos clients en cours d’abonnement. Et en plus du premier mois gratuit habituel, une offre spéciale confinement pour les nouveaux abonnés (car on sait que la période est dure) arrive très prochainement, affaire à suivre !

Send this to a friend