Savez-vous combien il y a d’entorses par jour en France ? 6000 !!  Ça mérite donc notre attention. C’est pour ça qu’on a eu envie de vous faire découvrir Myolux, un dispositif de rééducation pour la cheville !
Pour ça, on est allé interviewer Romain, un des fondateurs, qui est très pointu sur toutes les spécificités de la cheville mais aussi sympa !
Et on a découvert qu’on partageait un même objectif d’innovation au service de la kiné et des valeurs de collaboration et de pragmatisme, alors on a décidé d’aller plus loin en faisant un partenariat entre Kobus et Myolux !
Ca veut dire quoi ? Si vous possédez un myolux, vous pouvez bénéficier d’un abonnement Kobus à 17€/mois (ou 150€/an) et réciproquement, si vous êtes un kobusien, vous avez 10% de réduction sur l’achat d’un myolux!

Alors si avec ça, il vous faut encore une raison pour lire la suite… 😉

Bonjour Romain, est-ce que vous pouvez nous raconter l’histoire de Myolux ?

Myolux est né de l’inspiration d’un kinésithérapeute savoyard, Pascal Toschi. Alors qu’il appliquait en pratique ce qu’il avait appris lors de sa formation initiale, il n’était pas satisfait de sa prise en charge des chevilles instables et a remis en question le caractère aspécifique (trop global) des outils de déstabilisation (dits “proprioceptifs”) couramment utilisés.

Myolux est né de ce constat, mêlé aux souvenirs des récits de son grand-père qui, en temps de guerre, s’infligeait des entorses de chevilles en sautant d’une table après avoir fixé un bouchon de liège sous ses talons pour éviter d’aller au front.

En d’autres termes, Myolux consiste à déstabiliser la cheville spécifiquement, en reproduisant fidèlement le mécanisme traumatique dans des conditions sécurisées. Il s’agit d’un type de thérapie par contrainte qui impose au système neuromusculaire de mettre en place les réorganisations neuromusculaires nécessaires pour contrôler le mouvement traumatique (l’inversion de cheville), ce qui est la base d’une rééducation efficace.

Et d’ailleurs, pourquoi Myolux ?

Myo est la racine latine de Muscle. Lux, de lumière. L’idée est de remettre la lumière sur le système neuromusculaire, inhibé après un épisode traumatique mais dont l’intégrité reste intacte et le rôle d’autant plus essentiel pour garantir la stabilité d’une articulation souvent plus laxe (instabilité mécanique) qu’avant. La communauté scientifique et médicale a longtemps eu une vision ligamentaire de la problématique et l’engouement des scientifiques pour la détermination des paramètres nécessaires à une rééducation neuromusculaire efficace est relativement récent.

Comment validez-vous l’efficacité de l’utilisation des dispositifs Myolux, notamment au fur et à mesure des améliorations et des innovations?

Nous avons un partenariat étroit et quotidien avec le Laboratoire Interuniversitaire de Biologie de la Motricité (LIBM, Université Savoie Mont-Blanc) qui nous permet de mener des études scientifiques en continu afin de valider les différents aspects du concept et de partager ces connaissances au moyen de publications internationales. Cette collaboration est notamment matérialisée par le statut de chercheur associé de notre directeur scientifique au sein du LIBM. Par ailleurs, de nombreuses collaborations avec ces professionnels de santé (kinésithérapeutes, médecins, chirurgiens) permettent de nourrir nos réflexions et travaux. En d’autres terme, Myolux représente un exemple concret de partenariat privé/public au quotidien.

Qu’est-ce que l’utilisation d’un myolux change dans le traitement / prise en charge (pour le kiné et pour le patient)?

Myolux autorise pour la première fois un travail proprioceptif ciblé sur la cheville, ainsi qu’un travail efficace (en charge) des muscles éverseurs, stabilisateurs latéraux. Dans sa version connectée (e-volution), les retours d’informations fournis permettent au patient de bien comprendre les consignes des exercices, de rester motivé en suivant leur progression. Pour le thérapeute, il est enfin possible d’effectuer facilement une évaluation objective (chiffrée) des performances proprioceptives et musculaires de la cheville. Autrement dit, le bilan fonctionnel de la cheville instable est désormais accessible à la pratique clinique quotidienne! Concrètement, le kinésithérapeute peut désormais mesurer facilement et rapidement grâce à un capteur inertiel et une application dédiée les paramètres qui assurent la stabilité fonctionnelle de la cheville (acuité proprioceptive, performance des muscles éverseurs), ce qui était jusque là impossible. Le patient peut ensuite travailler les paramètres déficitaires en ayant un retour (biofeedback) en temps réel sur sa performance et en s’impliquant dans des exercices intuitifs et motivants. Pour un exemple en vidéo:

Quels sont les principaux défis dans la rééducation de la cheville instable ?

Sur le plan de la rééducation neuromusculaire, et en complément de la lutte contre la douleur, et contre l’oedème, la littérature scientifique indique qu’il convient de restaurer:

  1. les mobilités articulaires
  2. l’acuité proprioceptive
  3. la force des muscles éverseurs en charge et selon les différents régimes de contractions musculaires
  4. les timing d’activation musculaire en locomotion, qui doivent anticiper la pose du pied au sol de 80 à 100 ms (notion de feedforward)
  5. la performance posturale globale
  6. la performance de groupes musculaires plus proximaux comme les abducteurs de hanche

Il existe des preuves scientifiques publiées, témoignant de l’intérêt de Myolux pour les points 2, 3 et 4.

Quels sont vos items pour suivre l’évolution de la récupération post trauma sur la cheville?

Il convient de suivre l’évolution des différents paramètres listés ci-dessus, notamment dans le cadre de la prise de décision pour le retour sur le terrain d’un sportif. Avant Myolux e-volution, il était très compliqué, voire impossible, d’évaluer l’acuité proprioceptive d’une cheville ou la performance des muscles éverseurs. Myolux Medik e-volution rend accessible en cabinet des tests jusqu’alors réservés aux laboratoires de recherche (proprioception) ou propose de nouveaux paramètres validés (performance des muscles éverseurs).

Quid des nouveaux tests de Clinical Biomechanics vs isocinétisme ?

Cette publication récente à laquelle vous faites référence résulte d’une étude qui démontre que le nouveau test de performance des muscles éverseurs en charge (fonctionnel) proposé par notre équipe et intégré à l’application Myolux Medik e-volution est plus sensible qu’une évaluation l’isocinétique pour mettre en évidence et suivre l’évolution d’une faiblesse des muscles éverseurs, elle-même particulièrement impliquée dans l’instabilité chronique de cheville.

Quels sont vos projets ? les prochaines étapes ? (à part la collaboration avec Kobus ;))

Différents projets nous animent mais les principaux consistent à:

  • poursuivre la démarche d’amélioration continue de l’application Myolux Medik e-volution en considérant les retours des usagers
  • imaginer des extensions de l’application pour optimiser l’utilisation de la centrale inertielle intégrée au concept et amovible. par exemple, notre équipe travaille à des solutions d’analyse objective de la performance posturale, de la locomotion ou de paramètre fonctionnels clés d’autres articulations.
  • imaginer une solution pour favoriser le travail d’entretien sur le long terme par le patient

Merci beaucoup Romain d’avoir partagé avec nous l’aventure de Myolux. On vous souhaite plein de bonnes choses pour continuer sur votre lancée

Vous voulez en savoir plus et profiter de l’offre ?

Je découvre Myolux
Je découvre Kobus App

Cet article vous a plu ? 

Inscrivez-vous à la gazette kobusienne pour recevoir (gratuitement) tous les 1ers lundi du moi, une newsletter 100% kiné, 100% EBP, 100% innovation et lire d’autres articles comme celui-ci !